Départ d'un Chiss, ou retour au bercail...

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Départ d'un Chiss, ou retour au bercail...

Message par Wrec'maus'nuruodo le Jeu 12 Avr - 12:32

( PARTIE HRP )

Salut à toutes et à tous.

Bien. Comme je l'ai expliqué rapidement hier soir, je vais faire en sorte d'enlever Wrec'maus de la scène RP.
Je ne vais rien vous cacher, j'ai fait une petite faute, car je n'avais pas l'information au départ.
Cela peut paraître bénin à vos yeux, mais je tiens à ce que mon personnage soit le plus cohérent possible avec le lore, ainsi qu'avec l'histoire IG dont on tient compte tout de même.

Alors. Comme vous le savez tous maintenant, je m'étais présenté comme étant un Aristocra.
A la base, je pensais qu'il pouvait y en avoir plusieurs par Famille, alors qu'en fait, je l'ai découvert récemment sur un autre site : il ne peut y avoir qu'un seul par Famille.
De plus, ce rang chez les Chiss, donne bien plus de pouvoirs et de responsabilités que je ne l'avais pensé.
Pour information, il est au-dessus du Moff, c'est pour dire. Franchement, avec du recul, c'est un rôle du coup, difficilement jouable.

Et pourquoi du coup je ne veux pas, et peux pas le jouer ? Hé bien pour ceux qui IG, ont joué les derniers évènements de l'histoire, ils ont pu voir que l'émissaire envoyé par l'Ascendance auprès de l'Alliance, s'appelle l'Aristocra Saganu.
Si je prends le "surnom" Saganu et que je le décortique, ça donne => Saga'nu. Le "Nu" n'est autre que le diminutif des "Nuruodo".
Donc vous devez comprendre à présent, que si Saganu est LE Aristocra de cette Famille, je ne peux l'être ^^.

Voilà. Donc avant qu'il n'y ait plus de polémiques sur le fait de "laisser" mon perso tel quel, en enlevant juste son rang, je préfère mettre les choses à plat.
Pour ceux qui connaissent un peu, ou mieux, les Chiss et cette Ascendance, vous saurez qu'il est difficilement explicable de trouver une raison à ce qu'un Chiss puisse sortir de son espace, et évoluer en dehors.
Si vous saviez comment je m'arrache les cheveux, à savoir quel genre de personnage peut "intervenir" sur l'espace Sith ^^.
Et dernièrement, j'ai appelé à l'aide, pour faire mes choix, à pas moins de 3 personnes de la guilde.
(Je ne compte pas ma demande sur les choix des coupes de cheveux hein xD )


( PARTIE RP )

Un soir comme un autre, l'Aristocra Wrec'maus'nuruodo allait à ses occupations. Il avait été convié au briefing d'une mission, dont la nature lui était encore inconnue. Il quitta ses appartements, situés au sein même de la demeure de Dark Kafkar, dans l'une des nombreuses dépendances.
Il prit la direction de la tour du peuple. Se trouvant au beau milieu de la population, encore bien active en ce début de soirée sur Dromund Kaas, il faisait l'objet de bien des salutations de la part des citadins.
Il se demandait si ce n'était pas suite à cette histoire qui avait eu lieu, il y a une semaine de cela. Cette histoire, où un Chiss, avait tué un Mandalorien en pleine rue. " S'ils savaient que c'était moi, ce fameux Chiss. "


L'Aristocra arriva à la tour du peuple. Il entra dans le bâtiment et prit l'ascenseur menant aux dépendances réservées aux plus riches et aux nobles. A la sortie de l'ascenseur, il constata que nombres de convives étaient déjà là.
- Bonsoir, Dame Sazraêl, dit-il
- Aristocra, rétorqua la dame
Wrec'maus'nuruodo salua les autres personnes présentes, esclaves comme gardes du corps, mercenaires et nobles.
Dame Sazraêl, peu de temps après l'arrivée de l'Aristocra, convia tout le monde à se rendre en salle de réunion.
Le Seigneur Uld'Seraga était présent sur le palier de la pièce de l'ascenseur. Les salutations étaient de rigueur. Le Seigneur ne décocha qu'un regard à l'Aristocra, qui lui, en retour, lui fit un signe de tête par politesse.
" Génial ! Encore un signe de cette condescendance propre aux Sith. "

Les convives gagnèrent la salle de réunion, et tout le monde fut invité à prendre place par le Seigneur Rah'll, qui attendait déjà dans cette même pièce. Les dernières présentations s'échangèrent et le briefing de mission put commencer.
La présence de l'escorte de Dame Sazraêl troubla l'Aristocra, bien qu'il n'en laissa rien paraître. Pas tant par leur présence elle-même, mais plus par le nombre. Cela lui semblait injustifié, vu la situation.
Le Seigneur Rah'll et le Seigneur Uld'Seraga présentèrent la mission. " Hoth. Cette bonne vieille planète. "
La réunion se déroula normalement, malgré, d'après Wrec'maus, une certaine arrogance dans les propos d'un Apprenti, du nom de Unktom Outsider. Ses questions étaient certes perspicaces, mais pourquoi ne serait-ce pas plutôt les Sith plus hauts placés qui prenaient la parole ? Wrec'maus s'en moquait, ce n'était pas là son rôle d'intervenir dans ce genre d'affaire.
- Cet artefact que vous cherchez, est-il d'origine Sith ou Jedi, posa l'Aristocra.
L'Aristocra n'eut comme réponse, que des expressions hautaines et moqueuses. Il ne dit rien de plus, mais n'en pensait pas moins. Il laissa donc ce briefing, à ces Sith, semblant si détachés, dès lors qu'il s'agissait d'un de leurs vieux vestiges passés.
L'Aristocra remarqua toutefois l'élégance et la dignité de Dame Sazraêl. Elle semblait si différente des autres.
- Quelle est la nature exacte de cet artefact, dit-elle.
Le Seigneur Rah'll entra dans une spirale, qui consistait à donner des détails sur le sujet, mais sans pour autant tout dévoiler.
C'est à partir de ce moment-là, que l'assemblée réunie, commença à se faire entendre. Wrec'maus restait toujours détaché, neutre. On se serait cru dans une sorte d'anti-chambre, d'où chacun des protagonistes voulait tirer parti de la situation, tels des Sénateurs débattant sur des lois. La situation commençait à ennuyer l'Aristocra.

Son holocom personnel, placé à sa ceinture, vibra soudainement. L'Aristocra sut immédiatement qu'il s'agissait d'un appel prioritaire et urgent, à la petite LED rouge clignotante, en même temps que les vibrations faisaient leur office.
Il ne pouvait y avoir qu'une seule raison à cet appel : l'Ascendance.
- Seigneurs et Sith, veuillez m'excuser, je dois prendre l'appel, dit-il, en se levant brusquement.
Le Seigneur Uld'Seraga fit glisser un passe sur la table, que l'Aristocra prit en hâte, avant de sortir de la salle pour prendre l'appel. Ce passe qui, comme dit plus tôt durant le briefing, servirait à l'accès du vaisseau. Ce même vaisseau qui emmènerait l'équipe d'investigation et de récupération sur Hoth.
- Ambassadeur ? Quelle est la raison de cet appel prioritaire ?
L'Aristocra sembla surpris que ce soit son homologue de la Famille Chaf, qu'il eut en communication.
- Nous devons nous voir tout de suite, Aristocra. Cela concerne l'Ascendance, et vous, plus particulièrement.
- Très bien, j'arrive immédiatement, dit Wrec'maus'nuruodo.
L'Aristocra raccrocha et se dépêcha de regagner les quartiers, dans la demeure de Dark Kafkar. A son arrivée, il constata que l'Ambassadeur Kwai'magarli'chaf était en communication via son holocom personnel. Il attendit que celui-ci eut fini, patiemment.
-Bonsoir, Aristocra, dit l'Ambassadeur. C'est un plaisir de vous revoir.
-Bonsoir, Ambassadeur, répondit-il tout en lui faisant un hôchement de tête.
Kwai'magarli ne perdit pas de temps. Il savait que lorsque l'Ascendance demandait une audience, il ne fallait pas les faire attendre.
- Allons dans la salle de communications, dit-il.
- Je vous suis, dit Wrec'maus.

Alors qu'ils pénétrèrent dans la salle, Kwai'magarli ouvrit le canal sécurisé à l'aide du terminal se trouvant à côté du dispositif, permettant d'avoir une projection relativement grande, de son ou ses interlocuteurs. La communication était restée en "stand-by".
Les deux Chiss virent le Conseil des Familles sur l'holo-projection, le chef de la Famille Csapla, bien au milieu, nommé Gor'novak'csapla. Gor'novak était fringant. Vêtu d'une longue veste brune et blanche, et ornée de motifs dorés, il s'avança sur son siège, s'adressant à l'Aristocra. La finesse des motifs sur le reste de sa tenue, en disait long sur son rang et ses responsabilités.
- Aristocra. Nous vous avons fait venir, afin de vous donner une information très importante.
- Je vous écoute, Fils, dit Wrec'maus'nuruodo.
- Le Conseil des Familles a décidé de vous faire rapatrier dans notre espace. Il y a une affaire des plus urgentes à régler ici.
L'Aristocra et l'Ambassadeur écoutaient avec attention. Gor'novak poursuivait son discours.
- L'affaire est tenue confidentielle. Et vous êtes l'un des plus qualifiés, pour mener à bien cette mission. De plus, nous savons que vous et l'Ambassadeur, faites de votre mieux pour nouer et tisser des relations plus stables avec l'Empire Sith.
Gor'novak marqua un court moment d'arrêt, puis reprit.
- Ceci étant dit. Votre statut d'Aristocra, en dehors de notre espace, dans un laps de temps aussi prolongé, nous fait mettre en avant, que vous ne pouvez pas officier pleinement de vos pouvoirs. Et par conséquent, votre rôle n'est pas rempli complétement.
- Je vois, dit Wrec'maus, profitant du petit moment d'arrêt du chef du Conseil.
- Nous savons que c'est nous qui vous avons envoyé en dehors de notre espace. Ce n'est ni une sanction, ni un blâme. Mais pour le bien de l'Ascendance, et vous en êtes conscient je suis sûr, nous devons vous retirer de ce poste.
- Très bien, répondit l'Aristocra.
- Nous avons déjà trouvé votre successeur, vous le connaissez déjà. Il s'agit donc de l'Aristocra Saganu. Vos nouvelles fonctions, ainsi que celles de Saganu, prennent effet au moment où je vous parle. Vous allez donc prendre un autre poste, dont nous vous ferons part à votre arrivée.
- Oui Fils, dit Wrec'maus, accusant le coup, mais toujours sans en laisser la moindre émotion s'échapper de son visage.
- Faites donc vos valises sur le champ, nous avons déjà dépêché une navette pour vous récupérer, dit Gor'novak.
- Si tel est le choix du Conseil des Familles, je m'y soumettrais volontiers alors, répondit Wrec'maus.
- Oui. Vos.....compétences, sont demandées ailleurs, s'adressant à Wrec'maus.
Le moment présent figea la scène quelques secondes, le temps que les deux Chiss prennent bien la mesure de la situation.
Gor'novak poursuivit.
- Avez-vous des questions ?
- Non, dit Wrec'maus.
- Ambassadeur ? Avez-vous des questions ?
- Non, Fils.
- Une dernière chose...Messieurs !
Gor'novak'csapla s'adressait à l'Ambassadeur.
- Comment qualifieriez-vous, votre entente, avec Wrec'maus'nuruodo ?

Les deux Chiss, ainsi que le Conseil des Familles, échangèrent des procédés de politesse et de remerciement. C'est à cette issue, que Kwai'magarli'chaf et Wrec'maus'nuruodo se disèrent au revoir. L'ex-Aristocra alla faire ses valises.
Avant de repartir pour son espace d'origine, Wrec'maus tenait à en informer les responsables l'ayant acceuilli. Il avait entendu la navette de l'Ascendance se poser sur le toit de la demeure de Dark Kafkar. Il savait que l'escorte ne tarderait pas à le rejoindre, pour l'aider à prendre ses affaires. Wrec'maus chercha son hôte, en vain. Dark Kafkar devait être à ses occupations.
L'escorte rejoignit enfin Wrec'maus. Après de succins bonjours, l'escorte se chargea de prendre les affaires laissées sur le palier de la porte de l'une des nombreuses chambres. Wrec'maus dit aux soldats présents, qu'il allait dire au revoir aux personnes qu'il avait cotoyé durant ce séjour sur Dromund Kaas.
A leur arrivée à la tour du peuple, Wrec'maus ne put que constater que les lieux étaient déserts. En effet, il était une heure tardive, pour traîner encore en ces lieux. Les seules personnes présentes, étaient le personnel, qui était en train de nettoyer les diverses salles de l'étage. Wrec'maus fit un signe aux soldats. Ils comprirent qu'il était temps de regagner la navette, et repartir. Tel un Chiss déterminé et regardant vers l'avant et l'avenir, Wrec'maus'nuruodo ne se retourna pas au moment de grimper dans la navette. " Kwai'magarli trouvera les mots pour expliquer mon départ, j'en suis sûr. "

Wrec'maus appuya sur le bouton du sas, qui se referma derrière lui. Les soldats avaient entamé les procédures de démarrage de l'appareil. Les moteurs vrombirent. Pendant ce temps, Wrec'maus regardait au-dehors, par la vitre du cockpit, appuyé sur le sas de celui-ci. Il écoutait les procédures pour l'envol. La navette n'était autre que l'une des fameuses "escorte" Chiss. Ces petits vaisseaux, longs de six mètres, pouvant naviguer à une vitesse de deux mille kilomètres par heure, équipés par une hyperpropulsion de type 1, et ayant des boucliers et un petit armement, afin de se défendre en cas d'attaque.
Après les quelques derniers échanges de transmission par le pilote et le co-pilote, avec les transmetteurs de la demeure de Dark Kafkar, la navette gagna l'atmosphère...
avatar
Wrec'maus'nuruodo

Messages : 18
Date d'inscription : 18/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Départ d'un Chiss, ou retour au bercail...

Message par Wrec'maus'nuruodo le Sam 14 Avr - 12:46

La navette entra dans l'espace Chiss. Elle fut presque aussitôt prise en charge par une petite flotte. Le pilote et le copilote reconnurent immédiatement l'un des nombreux Croiseurs, accompagné par deux vaisseaux de plus petite taille, des transports de troupes. Ils purent voir sortir de l'un des hangars du Croiseur, une navette "Escorte" comme la leur, escortée par deux Chasseurs.
Ils se mirent face à eux. Ils devaient être à environ un kilomètre à peine.
Une voix retentit dans le haut-parleur du cockpit de la navette :
- Vous venez de pénétrer dans l'espace Chiss, identifiez-vous.
C'était l'un des deux Chasseurs sûrement, qui faisait cette demande.
Le copilote donna les identifiants de son appareil, ainsi que la cause de leur présence. Il donna aussi l'effectif et les noms des personnes présentes dans la navette.

Wrec'maus fut réveillé, en entendant ces voix. Il s'était assoupi durant le voyage, sur l'un des sièges du compartiment arrière. Il se présenta au sas du cockpit, s'appuyant de son bras droit contre la cloison.
- Des ennuis ?, dit-il
-Non, Monsieur. Juste des procédures de routine, dit le copilote.
Wrec'maus pouvait voir qu'ils avaient atteint les régions de l'Ascendance, à la vue de cette petite flotte.
On put entendre dans le haut-parleur :
- Très bien. Soyez les bienvenus chez vous.
La navette reprit son chemin, alors que la petite flottille engageait une manœuvre pour continuer leur patrouille.

La navette se posa en douceur sur l'une des pistes d'atterrissage du spatioport de Csaplar, la capitale de Csilla.
Wrec'maus fut accueilli par deux gardes. Des échanges se firent entre les cinq Chiss, et les deux pilotes finirent par redécoller, pour aller déposer les affaires de Wrec'maus, dans sa demeure.

Wrec'maus'nuruodo engagea la marche, d'un rythme soutenu, en direction du bâtiment où l'attendait le Conseil des Familles. Il posa les yeux sur ce bâtiment, à la fois moderne et à la pointe de leur technologie. Ce bâtiment dans lequel il avait si souvent mis les pieds par le passé. Les gardes le suivaient sans broncher.
Ils traversèrent nombres de couloirs, tous aussi larges les uns que les autres, et finirent par arriver devant l'antichambre de la salle du Conseil.
Les deux gardes, sans dire un mot, se mirent en position, de chaque côté de la porte, et attendirent.

Wrec'maus pénétra dans l'antichambre. La personne assise derrière le bureau le salua, et informa le Conseil de son arrivée. Il fit un signe à Wrec'maus de se diriger vers la porte derrière lui. Wrec'maus s'exécuta.
Il put constater que le Conseil des Familles était réuni au grand complet. Chaque membre était assis sur son siège, et portait la robe respective de sa Famille.
- Bienvenu, Wrec'maus'nuruodo, dit Gor'novak'csapla, le chef des Familles.
- Merci, "Fils".
Wrec'maus le gratifia d'un salut.
Le reste du Conseil le salua aussi chacun à sa façon, dans des signes de tête ou des courbures nobles.
- Bien. Allons droit au but. L'heure est tardive, et nous avons beaucoup à nous dire, dit Gor'novak.
Il s'avança légèrement sur son siège.
- Parlez-nous de vos relations, avec l'Empire Sith, je vous prie.
Wrec'maus se racla la gorge et prit la parole. Il leur expliqua comment l'Empire était constitué : leur aspect culturel, les hiérarchies militaire et Sith, ainsi que les quelques groupuscules qui s'étaient alliés à eux, notamment les Mandaloriens.
Le Conseil écoutait attentivement. Les informations étaient capitales.
- Bien, dit Gor'novak. C'est très intéressant ce que vous nous rapportez.
Wrec'maus était heureux d'apporter ces informations. Il laissa échapper un sourire devant le Conseil, lui-même satisfait des réponses amenées par leur émissaire.
- L'heure est tardive, Wrec'maus'nuruodo, dit une voix survenue de la droite.
Wrec'maus reconnut aussitôt son successeur, l'Aristocra Saganu, qui avait été invité pour l'occasion. Saganu se leva et s'avança vers Wrec'. Il lui tendit la main pour le saluer chaleureusement. Ces deux Chiss s'étaient déjà rencontrés à plusieurs reprises, puisqu'ils font tous deux partie de la même Maison. Wrec' empoigna la main de Saganu, et l'on put voir une entente cordiale entre eux.
- Effectivement, Aristocra Saganu, dit Wrec'.
Wrec' savait qu'il était un peu plus que deux heures du matin. Il avait regardé l'horloge dans la navette, avant d'en descendre.
Saganu, une fois les salutations faites, revint se mettre à mi-chemin, entre le Conseil et Wrec'.
- Cher émissaire de la Famille Nuruodo ! Venons-en au principal, si vous le voulez bien. L'Empire Sith, représente-t-il une menace pour notre peuple ?
Wrec'maus prit une respiration, avant de répondre à cela.
- Hé bien...d'après ce que j'ai vu, en si peu de temps...je dirais non.
Wrec'maus vit un soulagement, dans chacun des visages des membres du Conseil, puis il reprit.
- En fait. L'Empire Sith est essouflé, et en manque de ressources. Les nobles s'allient les uns aux autres, mais ce n'est pas pour autant qu'ils pourraient élever une armée suffisante, afin de mener une quelconque attaque.
Wrec'maus attendit un cours moment, avant de continuer. Toutes les personnes présentes dans la salle, écoutaient avec une attention de tous les instants.
- Je ne pense pas que cet Empire puisse se targuer de venir pénétrer notre espace. Cela dit, il vaudrait mieux rester nos gardes. Ils font preuve de résolution, et mettent tous les moyens nécessaires lorsque cela s'impose.
L'ensemble du Conseil poussa un soupir de soulagement.
L'Aristocra Saganu, non sans cacher sa fierté, reprit la parole.
- Vous avez bien œuvré, mon cher ami, s'adressant à Wrec'maus.
Puis Saganu se tourna vers le Conseil.
- Messieurs et Mesdames ! Je pense que nous pouvons dire que nous avons notre réponse. Wrec'maus'nuruodo, ici-présent, a rempli son rôle.
Les membres du Conseil validant les dires de l'Aristocra, Gor'novak'csapla se leva et tout le monde le suivit du regard, attendant ce qu'il allait annoncer.
- Excellent, oui ! Tout ça présage une paix durable pour notre société. Le sujet sur l'Empire étant éclairci, nous devons à présent parler de votre devenir, Wrec'maus'nuruodo. De plus, nous aimerions vous faire part, des candidats sélectionnés pour vous remplacer, au sein de cet Empire Sith, aux côtés de l'Ambassadeur.
- Ce serait avec un grand plaisir, Ô Conseil des Familles, dit Wrec'.
- Bien. Dans ce cas, nous nous verrons tout à l'heure. Pour l'heure, nous allons tous nous reposer un peu, surenchérit le chef des Familles.
Wrec'maus disposa, et le Conseil, ainsi que Saganu, le suivirent dans son élan...
avatar
Wrec'maus'nuruodo

Messages : 18
Date d'inscription : 18/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Départ d'un Chiss, ou retour au bercail...

Message par Wrec'maus'nuruodo le Sam 14 Avr - 16:03

Wrec' ne dormit que deux heures à peine. Il était si heureux de retrouver sa femme et son fils. Ils discutèrent longuement, chacun donnant à l'autre, les éléments passés durant le séjour de Wrec' au sein de l'Empire.
L'heure tournait inlassablement, et il était temps de retourner voir le Conseil des Familles...

Wrec'maus'nuruodo se présenta devant le Conseil à onze heures tapante, dans cette même matinée. Il avait été escorté une fois de plus, du parvis du bâtiment, à l'antichambre de la salle du Conseil, mais par deux gardes différents cette fois.
Il y avait les mêmes personnes que bien plus tôt dans la nuit, à l'exception de l'Aristocra Saganu. Wrec' et les membres du Conseil s'échangèrent les politesses de rigueur, comme d'habitude. Le chef des Familles invita tout le monde cette fois, à aller s'assoir autour d'une large table ovale, dans le coin gauche de la salle.

Tout le monde s'assied, en oubliant les protocoles hiérarchiques. A savoir, attendre que les plus éminents responsables s'assoient, pour ensuite laisser les nobles s'assoir chacun leur tour. L'ambiance était détendue. Les différents chefs des Familles semblaient s'être bien mieux reposés que Wrec'.
Gor'novak'csapla prit la parole.
- Mes chers amis, nous sommes ici, pour statuer sur le remplaçant ou la remplaçante de Wrec'maus'nuruodo, auprès de l'Ambassadeur encore en poste sur Dromund Kaas.
Au même moment, une Chiss entra dans la salle, avec des documents entre les bras. Elle avait la peau bleue, tirant sur le violet, et avait un chignon très bien coiffé. Un léger maquillage venait relever la beauté de son visage. Son tailleur de couleur grise, plutôt serré, mettait ses courbes bien en valeur. Wrec' savait qu'il s'agissait de la secrétaire du bureaucrate de l'antichambre à côté, par laquelle il était arrivé.
La secrétaire posa les dossiers scellés sur la table, puis dans une révérence gracieuse, se retira sans un mot.
Le chef des Familles prit les dossiers, enleva les scellés, puis les fit tourner à ses homologues.
- Voici les dossiers des candidats, pour le poste vacant, dit Gor'novak.
Les nobles feuilletaient les quelques pages de chaque dossier, avant de les faire passer à son voisin.
- Nous avons statué sur quatre personnes en définitif, reprit Gor'novak.
Wrec' se saisit de l'un de ces dossiers, tout en écoutant attentivement le chef des Familles.
Au même moment, un noble se leva, faisant le tour de la table à pas lents, pour décrire chaque profil respectif. Wrec' avait reconnu immédiatement le chef de la Famille Nuruodo, à sa robe de couleur violette.

- La première candidate est la noble Chap'resta, de la Maison Csapla, dite "Prestac". Tout le monde la connaît ici. Elle a une certaine expérience, et du haut de ses quarante deux ans, elle fait une responsable bien avisée.

L'assemblée autour de la table opina du chef.
Chacun continuait, tout en écoutant le noble, à parcourir les dossiers des yeux avec un certain intérêt.

- La seconde candidate est la jeune noble Wij'olies de la Maison Sabosen, dite "Joliess". Certains l'ont déjà aperçu. Elle est vouée à un grand avenir. Très intéressée par notre politique, mais toutefois un peu fougueuse. Elle a vingt et un ans, et aimerait découvrir une noblesse différente de la nôtre.

Quelques murmures se firent entendre autour de la table.

- Messieurs, Dames.
Le chef Nuruodo souhaitait le silence afin qu'il continue à présenter les candidats.
- Le troisième candidat est le Capitaine Nog'avron de la Maison Nuruodo, dit "Gavronn". Fin stratège militaire, il a montré ses capacités durant quelques missions concernant les colonies de Celwis et Massos. Il est expérimenté et est âgé de quarante ans.

Les dossiers continuaient à aller de main en main, chacun prenant en compte les éléments des dossiers. Mais le silence était respecté, afin que le temps attribué à cette réunion, soit le plus optimisé possible.

- Et enfin, le quatrième et dernier candidat, le dénommé Krat'yste de la Maison Nuruodo, dit "Tysten". Wrec'maus, vous le connaissez bien, il a agi sous vos ordres et est un bon élément.
Wrec'maus acquiesca pour valider les paroles de son supérieur.
Le chef Nuruodo continua, s'adressant à l'ensemble des membres :
- Krat'yste est un Agent des Services des Renseignements, tout comme notre ami ici présent. Il a trente et un ans et montre de bonnes facultés, malgré son défaut à prendre des risques pour rien, dans certaines situations.

D'autres murmures se firent entendre, autour de la table.
Le chef des Familles se leva, et dans ce même laps de temps, le chef Nuruodo se rassit par respect et politesse.
Gor'novak'csapla prit la parole.
- Merci, mon ami. Nous connaissons désormais les différents protagonistes pour ce poste. Merci des éclaircissements.
Le chef des Familles tourna autour de la table, jusqu'à s'arrêter à hauteur de Wrec'. Il appuya l'une de ses mains sur le dossier du siège, et s'adressa particulièrement à l'ex-Aristocra.
- Nous tenons à ce que ce soit vous, qui soyez le détenteur du choix, pour le candidat qui va vous remplacer.
- Vous m'en voyez honoré, "Fils". Mais ne serait-ce pas trop me demander ?, rajouta-t-il.
- Bien sûr que non. Nous avons toute confiance en vous. Et nous savons que vous prendrez la bonne décision. A ce sujet, à chaud comme ça, quel serait votre choix ?, dit le chef de la Famille Nuruodo.
L'assemblée était curieuse de cette réponse, et patientait, tandis que Wrec' parcourait à nouveau les dossiers et semblait songeur.
Après environ une minute, dans laquelle le temps semblait s'être figé, Wrec' releva la tête vers le chef Nuruodo et répondit dans un élan de fierté dissimulé :
- J'hésite entre deux candidats. Les dames nobles ne me semblent pas prescrites pour ce rôle. L'Ambassadeur Kwai'magarli'chaf remplit le rôle de diplomate à la perfection. Il reste donc notre Capitaine et notre Agent.

Gor'novak'csapla lui coupa la parole sans attendre.
- Bien, nous avançons. Nous allons en rester là pour ce sujet. Prenez deux ou trois jours, Wrec'maus'nuruodo, pour statuer sur votre option définitive.
L'assemblée opina ainsi que Wrec'maus. Le chef des Familles alla se rassoir.

- Maintenant, nous aimerions vous parler de la raison de notre choix, de vous faire revenir au sein de l'Ascendance. Et par conséquent, de ce qui en découle.
Le chef des Familles posa ses deux coudes sur la table, regardant Wrec'maus sérieusement.
- Nous avons fait l'objet d'une traitrise interne, dit Gor'novak avant de poursuivre.
- Vous êtes l'un de nos plus éminents Agents de terrain, et nous souhaiterions vous donner la diligence de cette mission.
Wrec'maus fut toutefois surpris de la nouvelle, mais rétorqua :
- Ce serait ma priorité absolue, dit-il sur un ton neutre.
Les membres du Conseil l'observaient dans un calme frôlant le mal à l'aise, pour celui ou celle qui n'en aurait pas l'habitude. Mais Wrec' n'était pas de ceux-là, et il restait aussi calme que les autres.
- Parfait, dit Gor'novak'csapla.
- Pour cela, nous allons vous octroyer les moyens nécessaires à la réussite de cette mission. C'est pour cela, en commun accord avec tous les membres ici présents, ainsi qu'avec le Directeur des Renseignements, nous vous donnons accès au poste d'adjoint des Services des Renseignements de l'Ascendance.

Wrec'maus en fut content. Il sourit légèrement et dit :
- C'est une annonce qui me touche, Fils. Je vais m'en montrer digne et faire en sorte que nos services soient sur cette affaire au plus vite. D'ailleurs, avons-nous plus de détails sur cette trahison ?
Le chef des Familles, Gor'novak'csapla, lui glissa sur la table, le seul dossier qui était resté scellé, et près du siège de celui-ci.
- Vous trouverez tous les détails concernant cette affaire, dans ce dossier. Ceci est strictement confidentiel. Menez votre mission avec autant de discrétion que possible. Nous vous faisons confiance.
Wrec'maus'nuruodo prit le dossier, que le chef des Familles tenait encore du bout de ses doigts.
- Merci pour tout, Conseil des Familles. Si tout est dit, je vais donc aller de ce pas, prendre mes nouvelles fonctions. Et je ne vais pas oublier de vous faire parvenir mon choix sur le candidat pour aller se rendre sur Dromund Kaas.

Tous les convives se levèrent. Gor'novak'csapla gratifia Wrec'maus d'un salut de la tête. Les autres membres l'imitèrent aussi.
Wrec'maus leur rendit à tous ce salut, dans une révérence bien établie, puis quitta la salle du Conseil, sous le regard des membres...
avatar
Wrec'maus'nuruodo

Messages : 18
Date d'inscription : 18/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Départ d'un Chiss, ou retour au bercail...

Message par Wrec'maus'nuruodo le Jeu 19 Avr - 14:36

[ Trois jours plus tard... ]

Il était aux alentours des treize heures, quand le Fils Gor'novak'csapla demanda à ce que le Conseil soit réuni à nouveau.
Les commissionnaires couraient dans tous les sens. Des intermédiaires passaient des communications. Le palais était en branle-bas de combat.

Lorsque tous les membres du Conseil des Familles furent présents, le Fils leur donna l'information pour laquelle ils avaient tous été rappelé. Il les emmena à la table ovale dans le coin de la pièce, et alluma l'holo-projecteur.
- Si je vous ai convié aussi rapidement, Messieurs Dames, c'est pour ceci, dit Gor'novak.
La projection était la silhouette de l'Ambassadeur Kwai'magarli'chaf. Des contusions étaient visibles sur son visage, et sa mine était un peu plus grave qu'à son accoutumée.
Gor'novak lanca l'enregistrement, tout en disant :
- Nous avons reçu cet appel ce matin-même, aux alentours des sept heures trente. Je vous laisse prendre connaissance de la situation.

L'Ambassadeur se tenait droit, les mains croisées devant lui.
- " Cher Conseil des Familles. Je me permets de vous contacter en cette heure tardive de la nuit, car ma situation ici est préoccupante. En effet. Hier soir, sur mon chemin de retour pour mes quartiers, en sortant de la cantina où toutes les personnes riches et nobles vont, je me suis rendu compte que j'étais suivi. J'ai poursuivi ma route, en observant discrètement les individus qui me suivaient. J'avais pu en compter trois. Au détour d'une ruelle, trois autres individus, eux dotés d'armures semble-t-il Mandaloriennes, me faisaient face. J'étais encerclé par six personnes. Ils se sont rués sur moi, sans sommation ni avertissement. "

On pu entendre des grognements autour de la table, ainsi que voir les visages graves des membres du Conseil. L'enregistrement continuait.
- " Je me suis défendu comme j'ai pu, mais sous le désavantage du nombre, j'ai préféré fuir. Ces "voyous" ne m'ont pas poursuivi bien longtemps, de peur d'attirer l'attention des soldats qui patrouillaient, j'imagine. J'ai pu rejoindre la demeure du Seigneur Kafkar, sans plus de problèmes. J'ai immédiatement pensé à la mort du Mandalorien, donnée par Wrec'maus'nuruodo. Ceux ne sont peut-être que des spéculations, mais il s'agirait peut-être de représailles. Je n'en sais rien. Je vais avertir les responsables avec qui nous établissons nos relations, dès demain matin. "

La stupeur était palpable. Chaque membre se regardait l'un l'autre, avant de revenir à l'enregistrement.

- " Je vais rester attentif pour les jours à venir. Il me semblait important que vous le sachiez. Veuillez pardonner mon initiative, de vous transmettre un tel message, mais j'ai l'intime conviction que cela ne se serait pas produit si je n'avais pas été seul.
Je vous transmets mes salutations, à toutes et à tous, membres du Conseil des Familles de l'Ascendance. Au revoir. "

Gor'novak'csapla coupa l'enregistrement, attendant visiblement les réactions des uns et des autres.
Le chef de la Famille Sabosen prit la parole en premier :
- Ceci est inadmissible ! Il est clair que cette agression sur l'Ambassadeur, est un défi à notre peuple.
Le chef de la Famille Nuruodo appuya de la même façon :
- Nous ne pouvons tolérer que cela se reproduise. Nous devons répondre à cette insulte !
Le chef de la famille Chaf tenta de calmer la situation :
- Allons Messieurs ! Je suis de votre avis. Mais il serait mal venu que nous intervenions en réponse à cette agression. Cela ne ferait que mettre l'Ambassadeur dans une situation bien pire. Et nous pourrions dire adieu à nos relations avec l'Empire Sith.

Un petit moment silencieux envahit la pièce. Chaque Fils réfléchissant à la mesure qu'ils devaient prendre.
Le chef de la Famille Inrokini brisa ce silence en intervenant :
- Il est essentiel que l'Ambassadeur ait un remplaçant à l'ex-Aristocra.
Le chef Nuruodo dit :
- Je suis d'accord. Et vite.
Le chef des Familles leva la main, montrant aux membres son intention de prendre la parole. L'assemblée se tut, et Gor'novak s'adressa à eux :
- Nous allons prendre en considération cette situation, et très sérieusement.

Gor'novak'csapla marqua un court moment d'arrêt.
- Il est de notre ressort, d'envoyer l'un des nôtres, aux côtés de l'Ambassadeur, comme nous l'avions décidé avec l'ex-Aristocra. Cela ne fait aucun doute. C'est pourquoi il me semble juste de quérir la présence du dénommé.
Le chef de la Famille Nuruodo s'agita :
- Faisons le appeler au plus vite. Il y a urgence.

Tous les membres du Conseil acquiescèrent. Gor'novak prit l'initiative d'appeler directement Wrec'maus'nuruodo...
avatar
Wrec'maus'nuruodo

Messages : 18
Date d'inscription : 18/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Départ d'un Chiss, ou retour au bercail...

Message par Wrec'maus'nuruodo le Jeu 19 Avr - 21:09

[ Deux heures plus tard... ]

Wrec'maus'nuruodo entra, de la même manière que ces derniers temps, dans cette salle du Conseil des Familles. Les membres étaient chacun sur leurs sièges respectifs. Wrec' se placa au centre, saluant l'assemblée dans une révérence calculée. Les chefs lui répondirent respectueusement par des signes de tête.

Gor'novak'csapla se leva et s'avança vers lui. Le Fils était toujours aussi charismatique, dans sa robe et ses attributs. Les autres membres se levèrent. Wrec' fut invité à aller rejoindre la table ovale, dans le coin de la pièce. Chacun prit place, après un geste bref, de la part du chef des Familles.

Tout en appuyant sur un bouton qui déclenche l'holo-projecteur sur le centre de la table, Gor'novak dit à Wrec'maus :
- Nous vous avons fait venir pour cela. Ecoutez, et nous en parlons après.

L'enregistrement débuta, alors que le chef des Familles retourna s'assoir.
L'image de l'holo laissait apparaître la silhouette de l'Ambassadeur. On pouvait voir des contusions sur son visage. Il se tenait droit, les mains croisées devant lui, l'une tenant l'autre.

- " Cher Conseil des Familles. Veuillez pardonner mon initiative, de vous délivrer un tel message, dans une heure aussi tardive de la nuit. "

- Il a envoyé le message aux alentours des une heure du matin, dit Gor'novak, rapidement, avant que l'enregistrement ne continue de défiler. Mais je n'ai été prévenu qu'à sept heures trente.
Wrec'maus lança un regard en direction du chef des Familles, puis revint à l'enregistrement.

- " J'ai été le sujet d'une agression. Je sortais de la cantina de la tour du peuple, pour rejoindre mes quartiers, quand j'ai aperçu trois individus qui me suivaient. Vraisemblablement, c'était des "voyous", à leurs tenues dépravées. Je n'en ai pas tenu compte, jusqu'à ce qu'au détour d'une ruelle, trois autres individus me faisaient face. Ils devaient être des Mandaloriens, à en juger leurs armures. J'étais donc encerclé par ces six personnes. Sans sommation ni avertissement, ils m'ont rué de coups. Je me suis débattu, mais j'ai préféré prendre la fuite sous le désavantage du nombre. "

Une stupeur se fit entendre, autour de la table, alors que l'enregistrement continuait à défiler.

- " Je ne veux pas porter de conclusion trop hâtive ni de spéculations quant aux motivations de ces gens, mais je pense qu'il y a un rapport avec l'incident survenu avec Wrec'maus'nuruodo. Serait-ce une vengeance ? Je ne peux vous le dire. Mais je trouvais important que la situation vous devait d'être connue. Je reste convaincu que cela ne serait pas arrivé si je n'avais pas été seul. En tout état de cause, je vais faire plus attention dans les jours à venir, et avertir mes hôtes.
En attendant de vos nouvelles, je vous dis à bientôt, Conseil des Familles. "

Gor'novak'csapla coupa l'enregistrement grâce à une télécommande.
La tension fut palpable, les regards étaient sévères.

Le chef de la Famille Sabosen brisa le silence :
- Nous nous devons d'agir ! C'est un défi envers notre société et notre peuple !
Le chef de la Famille Nuruodo surenchérit :
- Nous ne resterons pas les bras croisés ! Justice doit être rendue !
Le chef de la Famille Chaf interrompa ses homologues :
- Allons Messieurs ! Je suis de votre avis, mais il serait mal avisé de prendre des mesures drastiques vis-à-vis de cette situation. Cela ne ferait que mettre notre Ambassadeur dans de sales draps, et nous pourrions dire adieu à nos relations avec l'Empire Sith.
- Il a raison, dit Gor'novak'csapla.
Le chef de la Famille Inrokini prit la parole :
- La situation exige toutefois que nous prenions une décision, afin d'aider notre camarade sur Dromund Kaas.
Gor'novak se leva, levant la main, pour montrer à l'assemblée qu'il voulait prendre la parole.
- Wrec'maus'nuruodo, que pensez-vous de tout cela, je vous prie ?
Wrec'maus tourna son regard vers le chef des Familles, puis se leva à son tour, allant se mettre derrière son propre siège, les jambes écarts et les mains dans le dos, tel un soldat au repos. Il sembla prendre un moment de réflexion, avant de répondre.

- Messieurs et Mesdames du Conseil. Ce qui se passe à Kaas City est préoccupant. Et urgent.
Wrec' est une personne intelligente, et il savait exactement quoi dire en cet instant.
- Les évènements vont précipiter notre choix d'envoyer mon remplaçant là-bas. Et j'imagine que vous attendez tous et toutes que je vous dise pour quel dossier j'ai opté.
Le chef des Familles lui fit un signe de tête approbateur, profitant pour s'assoir et écouter Wrec'maus. L'ex-Aristocra poursuivit.

- Mon choix s'était porté sur le Capitaine. Ses connaissances stratégiques auraient été d'une grande aide pour l'Empire Sith, ils auraient pu en apprendre beaucoup. Seulement, je viens de revenir sur cette décision. Il me semble plus juste d'envoyer notre Agent. Je m'explique.

L'assemblée écoutait attentivement les dires de l'ex-Aristocra. Et l'on pouvait voir dans le regard étincelant du chef de la Famille Nuruodo, une pointe de fierté quand tous les regards étaient tournés vers Wrec'.
Wrec' se racla la gorge avant de poursuivre.

- Envoyer notre Agent, serait à double fonctionnalité. D'une, il protègerait l'Ambassadeur officiellement, et de deux, officieusement, il continuerait à espionner cet Empire, vu que nous pouvons nous méfier des intentions de certains visiblement.
- Et comment comptez-vous vous y prendre ? , dit le chef des Sabosen.
- Oui, ils pourraient très bien déceler la supercherie, poursuivit le chef des Inrokini.

Les chefs Nuruodo et Chaf restaient de marbre. Gor'novak, lui, était appuyé de ses deux coudes sur la table, attendant la suite, avant de s'exprimer.
Wrec'maus leur argumenta :
- Je comprends vos interrogations ou vos doutes. C'est pour cela que notre Agent travaillera sous couverture. Il se fera passer par l'une de nos Phalanges de Maison. Ces mêmes Phalanges, qui font en sorte, que notre protection soit leur priorité. De plus, cette soit-disante Phalange serait appropriée pour ce rôle, à savoir assurer la protection de l'Ambassadeur. Ceci ne serait qu'une excuse bien calculée évidemment. Je suis sûr que l'Ambassadeur peut très bien assurer sa propre sécurité, mais il serait avisé que l'un des nôtres soit à ses côtés.
- L'idée me semble séduisante en effet, lâcha le chef de la Famille Chaf.
- Une excellente idée même, lança le chef des Nuruodo, non sans une pointe de fierté dans la voix.
- Bien. Si un membre veut s'opposer à cette décision, qu'il se lève, dit le chef des Familles.

Il n'y eut aucune réponse. Chacun regardait son voisin, silencieux et songeur.
Gor'novak fit signe à Wrec'maus de se rassoir. Il se leva l'instant d'après. Il fit le tour de la table, tout en s'adressant à l'assemblée.
- Ainsi, nous allons envoyer l'Agent Tysten aux côtés de l'Ambassadeur. La décision a été réfléchie, nous ne reviendrons donc pas dessus. Il s'agit maintenant de prendre les mesures à ce déploiement.

Le chef des Familles s'adressa tout particulièrement au chef Nuruodo.
- De combien de temps faut-il, pour former votre Agent aux rudiments du métier de garde du corps ?
- Deux jours suffiront amplement, Fils, dit le chef Nuruodo.
- Très bien, dit le chef des Familles.

Il se dirigea vers Wrec' afin de s'adresser à lui.
- Mon cher, vous disposez, à partir de la fin de cette réunion, de deux jours pour former votre Agent.
- C'est clair, Fils, répondit Wrec'.
- Et le Conseil et moi-même, allons nous charger de transmettre à la noblesse Impériale, le dossier de votre remplaçant, rajouta Gor'novak.

Un sourire entendu et réciproque, se dessina, quant le regard de Wrec' croisa celui de son chef de Famille. Gor'novak était retourné à son siège, mais il était resté debout devant la table.

- Une dernière chose, Wrec'maus'nuruodo, dit le chef de Famille Nuruodo.
- Oui ? , dit Wrec'.
- Où en êtes-vous, avec cette affaire de trahison ?

Wrec'maus n'était pas surpris de la demande. Il s'était attendu à ce que l'un des membres le lui demande. Il fit un tour de table du regard, observant chacun des membres, puis vint finir par le chef des Familles.
Dans un ton aussi neutre que possible, il dit :
- L'affaire avance. Nous avons la position du traitre. Il s'est établi sur le monde de S-K. Il devait penser échapper à notre vigilance, en allant là-bas. Les tremblements de terre et les éruptions volcaniques ne l'auront pas caché bien longtemps. Et au moment où nous parlons, mes équipes doivent être sur le point d'établir un contact visuel avec le mis en cause.
- Excellent, vraiment excellent, dit le chef de la Famille Nuruodo.
- Nous avons bien fait de vous donner les moyens pour cette mission, dit Gor'novak.
- Oui. Le traitre devrait être appréhendé sous peu. Il devra répondre de ses actes, et en subir les conséquences, dit Wrec'.
- Parfaitement, dit Gor'novak.
Il reprit :
- Hé bien. Nous avons statué sur les sujets qui nous concernaient. Nous vous laissons déployer vos ressources, Wrec'maus'nuruodo. Et merci encore de votre implication pour l'Ascendance.
- Ce n'est rien, Fils, dit Wrec'.

Wrec'maus salua les membres du Conseil puis fit demi-tour...
avatar
Wrec'maus'nuruodo

Messages : 18
Date d'inscription : 18/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Départ d'un Chiss, ou retour au bercail...

Message par Wrec'maus'nuruodo le Ven 20 Avr - 16:28

Dans l'après-midi, le Conseil se réunit à nouveau.

Les membres s'installèrent directement autour de la table ovale.
Ils savaient pourquoi ils étaient là. Ils allaient préparer le contenu du message, destiné à la noblesse Impériale.
Cela ne demandait pas un gros effort pour les responsabilités qu'ils avaient sur leurs épaules, mais ils se devaient de bien préparer l'arrivée de l'un des leurs, en dehors de leur espace.
Après quelques échanges, où chacun y mettait sa patte, ils furent d'accord sur le contenu du message qu'ils adresseraient.

Gor'novak'csapla, de façon à ce que l'Empire Sith voit un visage amical, s'était donc soustrait au rôle de la personne qui délivrerait ce message.
Le message serait pré-enregistré. Et un bloc de données contenant le dossier du remplaçant de Wrec'maus'nuruodo, serait mis à disposition.


[ Début de l'enregistrement ]

" Cher noblesse Impériale, de l'Empire Sith. Ici le chef des Familles de l'Ascendance, Gor'novak'csapla.
Je vous annonce par ce message, que nous avons trouvé un remplaçant à l'ex-Aristocra, qui vous avait quitté subitement, sous mon ordre direct.
Les récents évènements, au sein de votre ville de Kaas City, ont toutefois perturbé notre choix final.
Comme vous devez le savoir, nos deux émissaires, avaient fait l'objet, chacun d'une agression, dans les rues de votre ville. Par conséquent, nous trouvons plus prudent d'envoyer une personne chargée de la sécurité rapprochée de l'Ambassadeur.
Il s'agit là de l'un de nos soldats, spécialisé dans la protection de personnes.
J'espère que cette initiative ne viendra pas troubler votre organisation.
Vous trouverez le dossier de ce soldat, en pièce jointe à ce message.

Veuillez agréer nos salutations distinguées. "

[ Fin du message ]

-----------------------------------------------

[ Dossier joint ]

Nom : Krat'yste'nuruodo
Surnom : Tysten
Appartenance : Famille Nuruodo
Peuple : Chiss
Planète natale : Naporar
Âge : 32 ans
Taille : 1m89

Profil psychologique du dénommé :

Tysten est une personne disciplinée et a le sens de l'observation très développé. Il préfère rester en retrait, plutôt que de diriger. Dans l'ensemble, il est discret. Son plus gros défaut cependant, serait de prendre des risques, dans des situations occasionnelles, pour rien. Il n'en reste pas moins une personne très équilibrée.

Compétences :

Tysten s'est découvert une passion, grâce à son service militaire : les explosifs et le sabotage. Il est également doué dans le maniement d'un fusil, à courte, moyenne et longue portée. La précision dont il fait preuve, autant sur le plan militaire que dans sa vie privée, en fait un atout de choix. Il a acquis une telle dextérité durant sa jeunesse et son service, qu'il sait démonter et remonter tout ce qu'il touche. Son attraction va toutefois vers des objets de type "électronique".


----------

Fusil blaster : maîtrise (10/10)
Fusil à lunette : maîtrise (9/10)
Blaster : intermédiaire (4/10)
Grenade offensive : maîtrise (9/10)
Grenade défensive : maîtrise (9/10)
Couteaux : maîtrise (10/10)
Canon d'assaut : notions (1/10)
Bâton électrique : notions (1/10)
Techno-lame : bas (3/10)
A mains nues : maîtrise (9/10)

Soins : intermédiaire (5/10)
Protection (de soi, via sonde) : avancé (8/10)
Esquive : intermédiaire (6/10)

Résistance au froid (comme la plupart de ses semblables)
Vision dans le noir accrue, bien supérieure à la moyenne

----------


Historique de l'individu :

Tysten est l'enfant d'un père militaire et d'une mère généticienne. Il a grandi dans un environnement aisé, sur Naporar. Son père s'est forgé un nom au sein de la Flotte de Défense, ce qui lui a valu le mérite d'être adopté par la Famille Nuruodo. Bien que sa mère était issue de la Famille Inrokini pour ses attraits envers la science, elle a opté de prêter allégeance pour la même Famille que son mari, les Nuruodo. De cela, en découle un enfant bercé par les influences de cette même Famille : l'armée, en ce qui le concerne.

Tysten, depuis sa plus tendre enfance, était absorbé par le démontage et le remontage de ses jouets. Grandissant, il nourrissait une passion pour l'électronique. Il s'était donc entiché d'une collection de jouets, allant des simples voitures téléguidées aux plus compliqués des pistolets à fléchettes.
Il fut un élève modèle à l'école, terminant toujours dans les premiers de sa classe. Arrivé à l'âge de dix ans, il fut appelé à son service militaire, chose dont il rêvait depuis déjà deux ans, prenant son père pour exemple.
Son père s'arrangea pour que son fils rejoigne la même Flotte que lui.
Sous le commandement de son père, l'un des Capitaines de Vaisseau de l'Ascendance, Tysten travailla sur un poste radar.
Durant les six premiers mois de son service, Tysten apprenait à déchiffrer les échos sur son écran, suivi par une Enseigne de la Flotte, et tout cela, sous le regard strict de son père. Durant les six mois suivants, il savait parfaitement être autonome avec la machine.
Lors de la seconde année de son service militaire, il apprit toutes les facettes pour intervenir, en cas de panne, sur ce même dispositif de détection radar, et ceci, tout en effectuant le travail pour lequel il avait été formé.
Tysten signa pour une troisième année. Il n'avait que douze ans.
Durant cette année, il avait gravi les échelons, et était passé au statut de simple "technicien radar" au statut de "responsable radar". Soit l'équivalent de la responsabilité de quatre personnes : deux pour l'écoute radar, et deux pour le visuel radar.
Ses parents étaient fiers. Puis, à l'âge de treize ans, après un service militaire de trois ans, il reprit le chemin du milieu civil.

Pendant un an, il s'évertua à trouver sa "voie". Tysten trouva ce qui lui convenait, dans les livres de la Grande Bibliothèque de Csilla. Il restait chez des parents proches, son oncle et sa tante du côté de son père, situés sur la planète-capitale, mais il revenait le week-end chez ses parents.
Sa voie était trouvée dans la branche spécifique que sont les Phalanges.

A quatorze ans, Tysten était incorporé à cette branche militaire. C'est sur le monde de Rhigar qu'il allait être formé.
Pendant près de deux ans, sur un tronc commun, il fut enseigné par ses aînés, au maniement de tout le matériel dont dispose cette force que l'on pourrait comparer à une milice. Les deux années suivantes, Tysten se spécialisa dans la protection des personnes, grâce à la sous-spécialisation des Phalanges, celle des Phalanges de Maison.
Les Phalanges de Maison sont les protecteurs des différentes Familles de l'Ascendance. Tysten y trouva son intéressement, avec tout ce matériel spécifique haut de gamme et technologique. Comme à l'école, il fut dans les premiers de sa promotion.
C'est tout naturellement qu'il put choisir un poste au sein des Phalanges de la Maison Nuruodo.

A dix huit ans, il commença donc une carrière en tant que soldat des Phalanges.
Il débuta comme simple Soldat, ayant pour mission de départ, les transmissions de son groupe. Un groupe étant composé de dix hommes. La nature de leur mission consistait à patrouiller aux abords du siège de la Famille Nuruodo, sur Csilla, dans la capitale Csaplar.
A vingt ans, Tysten était devenu Sergent. Il dirigeait à présent un groupe, secondé par son Caporal. Sa mission était toujours de veiller aux abords du siège de sa Famille d'adoption.

Lors de l'année suivante, lors d'une manifestation de la part du peuple, le groupe du Sergent Tysten se valorisa par son intransigeante formation en ligne, ne laissant aucun espace à la population pour pénétrer les lieux.
Le groupe fut remarqué, et de simple groupe de patrouille, il passa au stade de groupe de protection intérieure, au sein du siège. A vingt et un ans seulement, le Sergent Tysten était le chef de l'un des groupes de protection du bâtiment.
La mission était cependant la même, mais elle se cloisonnait aux larges couloirs et aux pièces attenantes.
Tysten garda ce poste durant deux ans, le temps de bien se faire à ce nouveau travail. Il avait alors vingt trois ans.

Tysten se fit remarquer, par son professionnalisme, par l'un des nombreux bureaucrates. Ce bureaucrate voulait Tysten et son équipe, comme garde rapprochée. Le bureaucrate obtint gain de cause quelques jours plus tard.
La nouvelle fonction de l'équipe de Tysten consistait à accompagner le bureaucrate à travers les mondes, sur lesquels ce dit bureaucrate, allait effectuer ses besognes. Le Sergent Tysten, pendant cinq années, put voir à travers sa mission de protection du bureaucrate, des planètes telles que Cormit, Kinoss, Pesfavri et Crustai.
Il était alors âgé de vingt huit ans.

Grâce à un formidable perfectionnisme et une attention de tous les instants, le Sergent Tysten était sous la rampe des projecteurs des plus hautes instances de la Maison Nuruodo. Il fut nommé garde du corps personnel. Pour cela, les hautes autorités militaires de la Phalange de la Maison Nuruodo, lui firent accéder au grade de Lieutenant.
Depuis, il effectue des missions de protection à la personne, envers la noblesse et les membres de haut-rang.
Cela fait cinq ans qu'il a cette fonction.
avatar
Wrec'maus'nuruodo

Messages : 18
Date d'inscription : 18/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Départ d'un Chiss, ou retour au bercail...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum